Comment traiter le bois de la piscine ?

piscine bois

Le bois constitue un cas particulier en ce qui concerne la piscine. Il a pour avantage de converger avec le décor naturel d’un aménagement paysager aux abords du bassin d’eau, en plus d’offrir une grande touche d’élégance. Cependant, ce matériau demeure particulièrement sensible aux intempéries et diverses agressions extérieures. Il importe de connaître quelles sont les astuces permettant de le maintenir en bon état, et ce, le plus longtemps possible.

Quels sont les éléments à surveiller ?

Les couches supérieures d’un bassin d’eau affichent davantage de sensibilité aux rayons UV, aux marques laissées par l’eau de même qu’aux variations de température. Par conséquent, la préservation de ce matériau passe par un entretien préventif face à ces agressions.

Gare à l’humidité !

Il ne fait aucun doute que l’humidité constitue la principale dégradation des bassins construits en bois. Puisque ce matériau est aussi une matière vivante qui respire et absorbe l’eau et l’humidité, les molécules d’eau se trouvent naturellement dégorgées au fur et à mesure qu’elles sont absorbées. À la longue, il peut survenir une forte humidité, ce qui déforme peu à peu la matière. Ce phénomène devient propice à la prolifération d’insectes et de champignons.

Vous avez sans doute déjà observé sur diverses structures du bois noir, complètement pourri. Malheureusement, cela se produit fréquemment, dans le cas de bassins d’eau, lorsque des parties enterrées s’avèrent insuffisamment protégées de l’humidité du sol. Après quelques années, la pourriture peut vraiment venir à bout d’une structure de piscine.

Méfiez-vous des champignons et insectes !

Lorsqu’il est question de classe 4 ou 5 de bois, il n’y a pas lieu de s’inquiéter d’éventuels dommages causés par les champignons et les insectes. En usine, le matériau est traité en surface pour conférer de la résistance par chauffage ou autoclave.

S’il s’agit de classes inférieures, cela pourrait devenir problématique si le bassin est installé en région humide, est mal enterré ou est déposé sur un sol humide.

Vous devriez porter attention dès le départ, au moment de l’acquisition, au type de matériau et au numéro de sa classe.

Les caprices de la nature qui provoquent des chocs thermiques

Il y a des zones géographiques qui subissent d’importants écarts de température, allant de – 20 à + 40 degrés Celsius. Ces fluctuations considérables, lorsqu’elles sont combinées à des oscillements rapides entre sécheresse et l’humidité, donnent lieu à des chocs thermiques pouvant générer le fendillement du matériau. Cela est dû au gonflement et à la contraction du matériau. Ces facteurs thermiques peuvent véritablement fragiliser une installation construite avec ce matériau.

Il est possible d’appliquer un traitement comportant une substance hydrofuge, dans le but de limiter les effets des chocs thermiques. De plus, il existe sur le marché des teintures et des produits dénommés saturateurs, qui possèdent des propriétés hydrofuges.

Le problème de décoloration

Les bassins faits de ce matériau ont tendance à se décolorer sous l’effet du soleil. Il en va de même pour les terrasses et les margelles. Certaines personnes apprécient ce phénomène naturel de vieillissement, alors que d’autres visent la préservation de l’aspect initial.

Informez-vous à propos des techniques permettant de mieux protéger et redonner de la couleur d’origine à une installation. Vous pouvez vous référer à l’annuaire de notre site pour dénicher les entreprises et artisans spécialisés en installation / rénovation de piscines offrant des services dans votre région.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser